28 févr. 2015

Liste de petits bonheurs et réflexion (ambition?) professionnelle

Moments de bonheur

- Une rencontre avec un papa et sa fille dans un petit Estaminet de la Flandre belge

Balade avec nos nouveaux amis après un bon repas dans un petit Estaminet belge plein de charme

On a trouvé du maïs et on va le donner aux chevaux! 


- "L'enfant" de Maria Montessori est enfin arrivée dans ma boite aux lettres ! Je me tâte pour faire une formation... 

- Chaque soir, je lis quelques pages d'un roman québécois avant d'aller remettre Camille sur son petit matelas au sol (il glisse et dort sur le tapis!).

- J'ai enfin fait développer quelques photos et acheter des cadres. 



- On a passé le 14 février en Hollande, totalement sur un coup de tête... eh ben c'était BIEN!

Bien couvert, bon bol d'air frais avant de reprendre le ferry

- J'ai la chanson de Lulu vroumette dans la tête.



- Carnaval à la crèche et joyeux moments entre copains.
Nous sommes sages comme des images (hihi tu parles!)

- Camille qui grandit: 2 ans et 5 mois, beaucoup de vocabulaire, aime sauter et courir tout nu dans le couloir, passionné de CARS, il ne saurait vivre sans son petit bolide Flash McQueen, s'assoit sagement à la petite table et se régale avec les abaques, les puzzles d'animaux, les cartes du loto... aime s'allonger sous la table et chanter tout seul pendant des longues minutes.

- H. mon amoureux qui part en Californie pendant deux semaines... soupirs d'envie mais grande fierté qu'il puisse s'accomplir dans son travail

- Un gros projet de famille qui est sur le point de se réaliser... on croise les doigts, plus que quelques semaines et nous pourrons enfin remettre sur pied une maison de famille!

- J'ai enfin réussi à corriger mes cahiers d'élève, leur nouvelle policière (quelle cata!!!), leur cahier d'anglais... et à faire les bulletins (JE SUIS WONDER TEACHER!)

- On s'est Pacsé! 



Réflexion professionnelle

Est-ce que je vous ai déjà parlé de ce jour où j'étais allée voir un voyant taiwanais? Lorsque j'habitais à Taipei, j'allais souvent en balade dans un quartier où il y a un temple très connu en ville. A côté de ce temple, une rue souterraine, la rue des voyants!



Début 2011, je revenais à Taipei après 6 mois d'absence, je ne travaillais pas. J'avais tout mon temps pour flâner dans la ville. Je me suis laissée tenter par le voyant qui lisait l'avenir dans la date de naissance et les lignes de la main. J'ai encore le papier rose avec les inscriptions chinoises dessus dans un coin de ma maquilleuse.

Il y a près de 4 ans donc... ce vieil homme me prédisait que j'aurais deux enfants, un garçon puis une fille. Que quelque chose allait mal se passer à la naissance, que les débuts seraient durs mais que tout irait bien au final. Que ma vie professionnelle serait instable jusqu'à mes 37 ans. C'est-à-dire jusqu'à fin 2018 début 2019.

Hum...

Dois-je en rire? 

Si je raconte cette petite histoire c'est que professionnellement parlant, depuis l'an dernier, il y a eu beaucoup de changements. De prof de FLE en congé maternité, je suis passée à étudiante au concours de professeur des écoles et aujourd'hui, je suis maîtresse. 

On me demande souvent si ça se passe bien. Je dois dire que dans l'ensemble ce n'est pas si mal. Je m'en sors plutôt bien, les élèves de CM2 sont agités pour certains mais attachants (attachiants surtout!).

C'est dans ma tête que tout se bouscule. 

Je ne suis pas vraiment intéressée par le cycle 3, c'est vraiment les maternelles que je vise à terme. Mes yeux s'emplissent de cette petite flamme quand je m'imagine sur un petit banc en train de chanter une comptine avec mes doigts... 

Mon rapport à l'autorité et à l'éducation est en train de changer, je ne me retrouve pas dans le moule tout fait de l'Education Nationale. Montessori me fait de l'oeil, l'éducation respectueuse telle que nous l'explique Janet Lansbury, les projets de monsieur Célestin Freinet

Je n'ai absolument pas peur de l'avenir car je sais exactement ce que je veux, je sais ce que je ne veux pas. Je vois trop de collègues qui confondent autorité et autoritarisme voire humiliations verbales. Je ne veux pas devenir cette enseignante là... 

Peut-être que mon cheminement professionnel n'est pas terminé... en tous cas, pas avant 2018 lol

Mise au point

L'écriture m'a toujours plu mais ces derniers temps ma main se dirigeait plus vers le carnet intime sur la table de chevet que vers le blog. Marre des touches du clavier, envie d'écrire au stylo, de toucher les pages du carnet... quelque chose de réel... qui ne disparaîtra pas si on nous prive d'électricité.

Dernièrement, j'ai retrouvé mes premières amours dans les blogs. Finies les pages HC qui se ressemblent toutes et qui parlent toutes de la même chose. Finis les débats pour ou contre l'allaitement, les rythmes scolaires ou je ne sais quoi encore.
Ce sont des sujets qui m'intéressent mais dont je n'ai plus envie de parler sur la toile.

Je me suis perdue dans ce flux d'informations... tout n'est pas négatif bien entendu, des amitiés se sont révélées grâce à la plate forme mais je ne savais plus m'arrêter... fil d'actu +200... à quoi bon?

Mais qu'est-ce que j'aime lire, qu'est-ce qui me fait  rester de longues heures sur les pages d'une parfaite inconnue? J'aime les blogs simples. Photos ou pas, pas d'importance. Si ce que j'y lis me donne la sensation que je pourrais être là, près d'elle ou lui, sur son canapé avec un thé ou une bière. Une note personnelle. Des détails de la vie quotidienne. Le design importe peu. J'ai déjà accroché à des blogs dont la forme n'a rien d'extraordinaire.

Il y a les amis que j'aime et dont je prends plaisir à lire les nouvelles. (Myrtille, Magic maman, Mademoiselle K, Kaelli's baby...)

Il y a les expatriés qui n'essayent pas de faire du chiffre mais qui racontent simplement leur vie... dans les bons et les mauvais moments. Les titres accrocheurs me font soupirer (encore...).

Il y a les jolis blogs remplis de rêves dont je me sens très proche par l'écriture ou l'humour. (La vie en Tisanie...)

J'ai commencé à en avoir marre de ces gens tout parfaits qui ont des vie toutes parfaites. Ils ne font que me complexer car ce n'est pas moi... ça ne me ressemble pas ce tout parfait. A l'heure même où j'écris, mes cahiers d'élèves et mes copies sont éparpillés sur la table du salon, un thé à la menthe fume près de l'écran d'ordinateur, des cadres empilés avec des photos fraîchement développées, mes classeurs... mes stylos... Je veux du vrai... je veux lire du vrai, des gens qui se plantent, qui réfléchissent, qui recommencent, qui n'ont pas peur de montrer qu'ils sont imparfaits.

Je crois que c'est aussi pour cette raison que je n'écris plus ici, j'avais perdu le sens de ce que je faisais. Est-ce que c'est un blog sur la maternité? Sur notre vie de famille? Est-ce que j'y mets des photos? Est-ce que je replonge dans l'anonymat? Et puis, pourquoi je suis toujours sur HC? Qui me suit vraiment? Et est-ce que c'est important? Si vous n'étiez que trois personnes à lire ceci, je l'écrirai quand même... je n'ai pas besoin de reconnaissance. Je n'ai pas l'ambition d'un blog à thèmes même si je les trouve intéressants. ( Blogs de cuisine, blogs de voyages... les gens passionnés me fascinent!)


Je me souviens maintenant pourquoi j'écris. J'écris pour partager avec des gens que j'aime et d'autres peut-être qui se reconnaîtront, qui passeront par là et qui resteront. J'écris parce que j'ai besoin d'évacuer, de dire qui je suis. J'écris car ma mère ou mon frère, mes amies françaises ou taiwanaises n'habitent pas la porte à côté et que je garde le lien avec eux/elles.


Bon...

Maintenant que c'est dit et si je vous racontais?